Présentation de la série

La série culte de Maurice Tillieux

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Avatar du membre
Pigling-Bland
Administrateur
Administrateur
Messages : 7763
Enregistré le : ven. 22 sept. 2006 19:00
citation : Prof Pigling
Localisation : 29000 Quimper
Contact :

Présentation de la série

Message par Pigling-Bland »

Image
Image
Image
Image
Membre de la team Gil Jourdan
Désolé madame, je ne peins plus que les natures mortes ! Qu'on vous assassine, et c'est chose faite !
Avatar du membre
Gaston Lagaffe
Maître Spiroutiste
Maître Spiroutiste
Messages : 1568
Enregistré le : sam. 8 oct. 2005 14:02
citation : Fan de Fournier
Localisation : Gatineau (Québec)

Re: Présentation de la série

Message par Gaston Lagaffe »

Juste un mot pour dire que je prends plaisir à lire tes dossiers sur cette série qui est ma préféré du mythique journal de Spirou. :spirou: Je ne savais pas qu'Entre deux eaux était censé faire 28 pages à la base. Je pensais que c'était baclé à la mort de Tillieux par un Gos qui ne savait pas la fin qu'il avait prévue. En tout cas, ce que tu dis sur ce récit semble expliquer pourquoi après un excellent début, le scénario devient vite peu palpitant. On dirait que Tillieux s'est ennuyé en l'écrivant, du moins c'est mon impression.
Avatar du membre
Pigling-Bland
Administrateur
Administrateur
Messages : 7763
Enregistré le : ven. 22 sept. 2006 19:00
citation : Prof Pigling
Localisation : 29000 Quimper
Contact :

Re: Présentation de la série

Message par Pigling-Bland »

Merci pour ces compliments qui me font plaisir. C'est certain que le scénario initialement en tête pour "Entre deux eaux" aurait été plus palpitant...
J'ai prévu d'autres chroniques d'albums de notre détective favori mais pour l'instant je n'ai pas l'énergie pour ça. J'ai prévu aussi quelques Tif et Tondu, notamment "Sorti des abimes", qui est un de mes préférés, et scénarisé aussi par l'immense Tillieux.
Membre de la team Gil Jourdan
Désolé madame, je ne peins plus que les natures mortes ! Qu'on vous assassine, et c'est chose faite !
Répondre

Retourner vers « Gil Jourdan »