MACHINE QUI REVE

Modérateur : Modérateurs

Notez cet album de 0 à 5

0 = et si on parlait d'autre chose ?
2
6%
1 = pas terrible
4
13%
2 = bof sans plus
3
10%
3 = un album qui se lit agréablement
6
19%
4 = très bon album
8
26%
5 = superbe album je lis et relis. Un des incontournables de la série.
8
26%
 
Nombre total de votes : 31

Avatar du membre
DESPERA
Maître Spiroutiste
Maître Spiroutiste
Messages : 3585
Enregistré le : mar. 16 janv. 2007 19:28
Localisation : 13

Re: MACHINE QUI REVE

Message par DESPERA »

J'vais pas épiloguer des heures sur ce sujet car je suis très admiratif du travail de Tome et Janry sur Spirou (Yoann et Velhmann en sont d'ailleurs de digne successeurs et se revendiquent, en partie, comme tels)... Nous avons 2 visions opposées, voila tout...

Par contre je ne comprends pas ta phrase : "et non à satisfaire le plaisir esthétique de connaisseurs chevronnés comme MM. d'Inédi..."
Ou plutôt, à qui t'adresse-tu ?
Avatar du membre
Zig Homard
Maître Spiroutiste
Maître Spiroutiste
Messages : 2008
Enregistré le : ven. 11 févr. 2011 14:35
citation : A.D.S. en avant !
Localisation : 72
Contact :

Re: MACHINE QUI REVE

Message par Zig Homard »

DESPERA a écrit :J'vais pas épiloguer des heures sur ce sujet car je suis très admiratif du travail de Tome et Janry sur Spirou (Yoann et Velhmann en sont d'ailleurs de digne successeurs et se revendiquent, en partie, comme tels)... Nous avons 2 visions opposées, voila tout...

Par contre je ne comprends pas ta phrase : "et non à satisfaire le plaisir esthétique de connaisseurs chevronnés comme MM. d'Inédi..."
Ou plutôt, à qui t'adresse-tu ?
Mais.... à vous, DESPERA et Prof' Pigling, et... d'autres ?... vous ne renierez pas ces qualificatifs flatteurs, quand même ?....
Λ - (Poly-censuré par l'un ou l'autre admin !!) " _ _ . . . ! " - Dissident, il va sans dire...
Avatar du membre
DESPERA
Maître Spiroutiste
Maître Spiroutiste
Messages : 3585
Enregistré le : mar. 16 janv. 2007 19:28
Localisation : 13

Re: MACHINE QUI REVE

Message par DESPERA »

Zig Homard a écrit :
DESPERA a écrit :J'vais pas épiloguer des heures sur ce sujet car je suis très admiratif du travail de Tome et Janry sur Spirou (Yoann et Velhmann en sont d'ailleurs de digne successeurs et se revendiquent, en partie, comme tels)... Nous avons 2 visions opposées, voila tout...

Par contre je ne comprends pas ta phrase : "et non à satisfaire le plaisir esthétique de connaisseurs chevronnés comme MM. d'Inédi..."
Ou plutôt, à qui t'adresse-tu ?
Mais.... à vous, DESPERA et Prof' Pigling, et... d'autres ?... vous ne renierez pas ces qualificatifs flatteurs, quand même ?....
J'avais 10 ans quand l'album est sortie.......
Avatar du membre
Zig Homard
Maître Spiroutiste
Maître Spiroutiste
Messages : 2008
Enregistré le : ven. 11 févr. 2011 14:35
citation : A.D.S. en avant !
Localisation : 72
Contact :

Re: MACHINE QUI REVE

Message par Zig Homard »

DESPERA a écrit :
Zig Homard a écrit :
DESPERA a écrit : je ne comprends pas ta phrase : "et non à satisfaire le plaisir esthétique de connaisseurs chevronnés comme MM. d'Inédi..."
Ou plutôt, à qui t'adresse-tu ?
Mais.... à vous, DESPERA et Prof' Pigling, et... d'autres ?... vous ne renierez pas ces qualificatifs flatteurs, quand même ?....
J'avais 10 ans quand l'album est sortie.......
... Je parle de maintenant, bien sûr...
Λ - (Poly-censuré par l'un ou l'autre admin !!) " _ _ . . . ! " - Dissident, il va sans dire...
Avatar du membre
DESPERA
Maître Spiroutiste
Maître Spiroutiste
Messages : 3585
Enregistré le : mar. 16 janv. 2007 19:28
Localisation : 13

Re: MACHINE QUI REVE

Message par DESPERA »

Oui, et moi je parle bien de quand j'étais enfant. Le jeune public n'est pas forcément rétiscent à ce genre d'histoire.
Avatar du membre
Zig Homard
Maître Spiroutiste
Maître Spiroutiste
Messages : 2008
Enregistré le : ven. 11 févr. 2011 14:35
citation : A.D.S. en avant !
Localisation : 72
Contact :

Re: MACHINE QUI REVE

Message par Zig Homard »

DESPERA a écrit :Oui, et moi je parle bien de quand j'étais enfant. Le jeune public n'est pas forcément rétiscent à ce genre d'histoire.
... Alors tu devais être d'esprit particulièrement précoce !!...
Perso, je ne l'ai lu (difficilement...) qu'une fois, c'est vrai, il y a 2 ans ou un peu moins, et je ne suis pas bien sûr d'avoir tout compris...
Λ - (Poly-censuré par l'un ou l'autre admin !!) " _ _ . . . ! " - Dissident, il va sans dire...
Avatar du membre
Pigling-Bland
Administrateur
Administrateur
Messages : 7759
Enregistré le : ven. 22 sept. 2006 19:00
citation : Prof Pigling
Localisation : 29000 Quimper
Contact :

Re: MACHINE QUI REVE

Message par Pigling-Bland »

Moi j'ai aimé cette histoire parce que, en la lisant dans Spirou j'étais très impatient chaque semaine de savoir la suite, ce qui, toute esthétique mise à part, était pour moi le signe d'une aventure bien réalisée. Par la suite je l'ai lue et relue avant chaque fois autant de plaisir.
Je ne l'ai jamais lu comme une aventure esthétique, mais comme une aventure de Spirou et Fantasio. Et je persiste à penser que si Tome et Janry avaient continué la série ça aurait fini pas ne plus étonner personne que le graphisme ait muté. Ce qui aurait été bizarre ça aurait été de prendre ce graphisme juste pour cette aventure. Là en effet ça aurait été déplacé. mais ce n'était pas ce qui était voulu... C'est seulement le cours de choses qui a fait que "Machine qui rêve" est devenu un "cas" dans la biographie de Tome et Janry puis un cas dans la liste des aventures de Spirou et Fantasio.
La seule chose que je n'ai pas trouvé pertinent dans cette aventure c'est d'avoir utilisé Seccotine en voulant l'appeler d'un autre nom que celui sous lequel elle s'était présentée lors de sa première rencontre avec Spirou et Fantasio... personne ne l'avait obligé à dire Seccotine plutôt que Sophie. Et puis ce nom trouvé par Franquin était tellement plus malin puisque celui d'une marque de colle.
La question du changement de graphisme est discutable, mais à la limite entre Il y a un sorcier et Panade le graphisme est radicalement différent... alors bon !
Membre de la team Gil Jourdan
Désolé madame, je ne peins plus que les natures mortes ! Qu'on vous assassine, et c'est chose faite !
Avatar du membre
DESPERA
Maître Spiroutiste
Maître Spiroutiste
Messages : 3585
Enregistré le : mar. 16 janv. 2007 19:28
Localisation : 13

Re: MACHINE QUI REVE

Message par DESPERA »

Je suis exactement du même avis sur tous les points que tu évoque.
En ligne
Avatar du membre
Trichoco
Administrateur
Administrateur
Messages : 4170
Enregistré le : sam. 8 oct. 2005 19:02
Localisation : Reims

Re: MACHINE QUI REVE

Message par Trichoco »

DESPERA a écrit :On peut aimer ou pas l'album mais je pense que Tome et Janry, après autant d'albums, était largement légitime, respecté, connaisseurs et talentueux, pour essayer de faire évoluer le personnage ou de l?amener vers autre chose.
On peut estimer qu'ils ont fait fausse route, qu'ils on ratés leurs "révolutions", que ce n'était pas le bon choix, que l'album est mauvais ou je ne sais quoi encore etc... mais dire que c'est une "usurpation pure et simple du Grand nom" je trouve ça complètement exagéré.

Et dans un sens, je trouve, moi, que c'est bien plus un album de Spirou que le nid des Marsupilamis par exemple (bien que j'adore cet album).
Entièrement d'accord, bien que je ne sois pas un grand amateur de Machine qui rêve. Je vois que Pigling compare à Panade à Champignac, je trouve que cette comparaison tombe juste. Panade, c'est un graphisme radicalement différent du reste, même de QRN sur Bretzelburg. Et c'est irrévérencieux du début à la fin, ce qui n'est pas le cas de Machine qui rêve, qui a finalement un scénario assez classique avec des graphismes radicaux.
Membre de la team Fournier
Avatar du membre
Zig Homard
Maître Spiroutiste
Maître Spiroutiste
Messages : 2008
Enregistré le : ven. 11 févr. 2011 14:35
citation : A.D.S. en avant !
Localisation : 72
Contact :

Re: MACHINE QUI REVE

Message par Zig Homard »

... Il y a donc bien 2 clans (... de TRÈS inégale importance, semble-t-il... encore que les votes sur cet album soient assez uniformément répartis entre O et 5).
Je confirme que pour moi, la "Machine..." est TOUT sauf un Spirou, avec des qualités propres qu'on peut apprécier (pas moi.... si ce n'avait été écrit "Spirou", je n'aurais eu aucune envie de seulement ouvrir cet album !), et qui est un "point de rebroussement" dans la Série, dont ce ne sera (heureusement !...) jamais le style.
Comme "Spirou", je préfère infiniment... L'Accélérateur atomique de Lewis TRONDHEIM !.
Modifié en dernier par Zig Homard le dim. 21 févr. 2016 23:44, modifié 1 fois.
Λ - (Poly-censuré par l'un ou l'autre admin !!) " _ _ . . . ! " - Dissident, il va sans dire...
Avatar du membre
spirou002
Spiroutiste Mordu
Spiroutiste Mordu
Messages : 70
Enregistré le : sam. 1 déc. 2012 10:54
citation : Zorglub!!! vers la démocratie et au delà!!

Re: MACHINE QUI REVE

Message par spirou002 »

Pigling-Bland a écrit :
DESPERA a écrit :On peut aimer ou pas l'album mais je pense que Tome et Janry, après autant d'albums, était largement légitime, respecté, connaisseurs et talentueux, pour essayer de faire évoluer le personnage ou de l?amener vers autre chose.
On peut estimer qu'ils ont fait fausse route, qu'ils on ratés leurs "révolutions", que ce n'était pas le bon choix, que l'album est mauvais ou je ne sais quoi encore etc... mais dire que c'est une "usurpation pure et simple du Grand nom" je trouve ça complètement exagéré.

Et dans un sens, je trouve, moi, que c'est bien plus un album de Spirou que le nid des Marsupilamis par exemple (bien que j'adore cet album).
J'adhère totalement à ton analyse... et encore une fois on peut ne pas aimer un album sans pour autant le trainer dans la boue... et ceci, d'une façon générale.
Quand Spirou002 dit qu'il aime "Aux sources du Z" et explique que c'est son premier contact avec Spirou je trouve ça intéressant, même si je n'aime pas aux sources du Z...
c'est vrai que le fait de dire que c'est nul c'est... pas très sympa envers les auteurs....
et oui, aux sources du est mon premier contact avec spirou et, c'est par cet album que j'ai accroché à la série!! :smile: !!!
Avatar du membre
Jalias
Spiroutiste Dépravé
Spiroutiste Dépravé
Messages : 248
Enregistré le : lun. 12 mai 2014 13:05

Re: MACHINE QUI REVE

Message par Jalias »

Puisque le but est de noter un album, autant le faire de façon argumentée, donc je me lance :

Tu es une machine, une machine qui a rêvé la vie…

A tout Seigneur tout honneur, je commence par donner mes impressions sur la série par un de ses tomes les plus décriés (et un de mes préférés), le quarante sizième.

MqR a pour moi une valeur sentimentale : si ce n’est pas le premier Spirou et Fantasio que j’ai lu (il y avait une petite dizaine de Spirou de Franquin chez mes grands parents), c’est le premier contemporain de mon époque que j’ai lu, dans le journal, dont j’ai attendu la suite chaque semaine, et que j’ai acheté en BD (bientôt suivi par la Vallée des Bannis et d’autres). Bref, MqR c’est un peu « mon » Spirou, celui qui m’a fait adhérer à la série (alors que ce n’est clairement pas le plus représentatif^^).

Ce tome impressionne en premier lieu par son graphisme : Janry en cherchant à réinventer Spirou, lui propose un graphisme superbe, semi-réaliste et qui colle parfaitement à l’intrigue. Les personnages sont impressionnants : Spirou et Fantasio sont élégants (Spirou en devient même franchement séduisant), les nouvelles têtes de l’épisode (Simmons, Birth et son bras droit) ont un graphisme solide qui les définissent immédiatement. Une légère déception concernant Seccotine…euh pardon Sophie, qui en plus de son prénom, a perdu au passage une partie de son charme mutin (pour se transformer en sexy girl un peu cliché). Mais les décors très urbains ne sont pas en reste, ils soutiennent fortement le propos et proposent un choix de coloris extrêmement pertinents. L’ambiance douillette de l’appartement de Fantasio, la clinique crb avec sa vitre teinté et son laboratoire secret, le pont en ruine sur lequel se réveille Spirou sous la pluie… ; tous ces décors « impressionnent » et permettent de créer l’ambiance si particulière de l’album. Ambiance parachevée par ce fond noir et oppressant de la trame, ainsi que par le dynamisme de la mise en scène (ahhh, le réveil de Spirou, ce grand moment).

Mais une ambiance n’est rien sans histoire, et pour moi aussi, là c’est un sans faute : malgré les course-poursuites qui parsèment le tome, les 44 pages sont bien exploitées. L’intrigue est solide et prenante, et la résolution finale n’est pas trop expédiée (ce qui aurait pu être à craindre). Tome sait quels sont les éléments forts de son scénario, et ne perd pas de temps à essayer de nous expliquer des trucs inutiles comme comment la naissance de l’androïde a été possible (un coup d’œil au laboratoire secret vaut tous les discours) ou encore comment Spiroudroïde a pu s’enfuir (cette question est évacuée en une case). Qui plus est, le sentiment de désorientation du lecteur/Spiroudroïde est soutenu par ces ellipses temporelles intempestives, qui donnent à l’intrigue son rythme propre, et s’inscrivent parfaitement dans le propos du tome (sur la mémoire, les souvenirs et la définition de l’individu). Ces ellipses nous permettent en outre de nous attacher à ce Spirou, qui pourtant n’est pas « notre » Spirou.

Bien entendu, au final ce tome s’appuie sur une intrigue « convenue », qui respecte les codes du genre et qui n’est pas foncièrement révolutionnaire dans son traitement. Néanmoins, les auteurs en sont pleinement conscients et s’en amusent (c’est tout le sens du film visionné par Spirou et Fantasio au début) ; mais surtout cette intrigue a les forces d’une intrigue Spirou de T&J, c'est-à-dire qu’elle est solide, qu’elle s’appuie sur des personnages parfaitement définis et avec une psychologie assez fouillée pour être crédible. De plus, comme les grands tomes de Spirou, celui-ci s’inscrit dans son époque : fin des années 90, débats sur le clonage… Le comportement des personnages est typique de l’époque, avec par exemple un Spirou pas encore habitué au téléphone portable. Je trouve que souvent les histoires qui n’ont pas honte de leur époque vivent très bien le passage du temps (sinon, comment expliquer que Tintin, pourtant si daté, soit si connu), MqR ne me parait donc absolument pas daté aujourd’hui.

Tout le propos du tome s’inspire donc évidemment des questions de clonage très en vogue à l’époque (Dolly c’était 96), et même si on pourra trouver que Spirou est par trop moralisateur, on ne pourra pas reprocher à ce tome d’avoir un avis tranché sur la question. Qui plus est, Tome sait parfois être plus subtil dans ses propos, une de mes planches préférées étant la planche 32, qui dénonce très à propos la gestion des médias de l’information (d’ailleurs, j’ai toujours trouvé que les trois gamins qui regardaient la télé étaient un clin d’œil au Petit Spirou, me trompé-je ?). De plus, même si cette histoire d'androïde a déjà été vue ailleurs, je ne trouve pas anodin du tout qu'elle ait servi de terreau pour la transformation voulue par T&J : la symbolique d'une renaissance au personnage est assez évidente, et plutôt bien trouvée (pourvu qu'on y adhère, bien entendu).

Enfin, si l’humour est réduit à sa portion congrue par cette histoire anxiogène, il n’a pas totalement disparu : la mort de Fidèle le chien, les délires de Saturnin Spirou et Théodule Fantasio (qui montrent là encore que les auteurs sont conscients des limites de ce nouveau visage de Spirou, et de la réinterprétation de Seccotine-Sophie) ou les remarques du Spiroudroïde sur sa préférence en matière de moto sont bienvenues dans un tome aussi sombre. Bref, si l’intrigue n’est en soi pas révolutionnaire, cette ambiance l’est par contre beaucoup plus pour un Spirou.

Mais parce que rien n’est jamais parfait dans ce monde, il faut bien trouver des défauts (qui frôlent plus la mauvaise foi pour certains). On regrettera (en tout cas moi), le rôle extrêmement secondaire de Fantasio ici, qui n’apparaît qu’au début et à la fin. Que le tome s’inspire des grands films hollywoodiens tant mieux, mais que Spirou ET Fantasio ET Seccotine aient des physiques de jeunes premiers, c’est un peu plus embêtant. Plus généralement, ce tome se caractérise par un « gentil = belle gueule / méchant = pas beau » un peu réducteur. Comme je l’ai aussi signalé, le ton final du tome est un peu moralisateur et sentencieux. Enfin, si l’intrigue amoureuse Spirou-Sophie et une jolie réinvention du duo, cette attirance me parait un peu sortir de nulle part (sans compter qu’il est dommage de réduire Seccotine à son attirance pour le héros, même si c’est bien fait).

Coup d’essai qui ne s’est malheureusement pas avéré payant (Spirou à Cuba, où es-tu ?), MqR reste un tome mémorable, dont les défauts sont très légers et qui mérite entièrement un 5/5. Je me demande si cette volonté de créer un nouveau visage à Spirou (couplée à l’éternel problème de retrouver un repreneur à la franchise) n’est pas ce qui a fait germer l’idée de la série parallèle chez Dupuis : comme quoi, ce coup d’essai s’est peut être avéré payant après tout ?
Répondre

Retourner vers « Evaluez les albums de Spirou et Fantasio »