3. La corne de rhinocéros

Modérateur : Modérateurs

Répondre
En ligne
Avatar du membre
Trichoco
Administrateur
Administrateur
Messages : 4170
Enregistré le : sam. 8 oct. 2005 19:02
Localisation : Reims

3. La corne de rhinocéros

Message par Trichoco »

Bienvenue dans Spirou en Afrique, épisode 3 !


Cette semaine, nous nous plongeons dans La Corne de Rhinocéros.

Image
Franquin ©Dupuis

Comme dans Spirou chez les pygmées, le périple africain de Spirou commence par l’Afrique du Nord. C’est en fait leur destination initiale puisqu’ils vont chercher un renseignement dans la ville imaginaire de Bab-el-Bled. On ne sait pas où cela se trouve mais il est probable que ce soit au Maroc.
Les maghrébins de Franquin sont un peu moins caricaturaux que les noirs, à part ce vendeur, qui a tout de même une importance dans la narration :
Image
Franquin ©Dupuis

Mustapha, l’ami de Martin, est si peu caricatural qu’il n’a même pas d’accent quand il parle.
Image
Franquin ©Dupuis

En Afrique noire, nos héros se rendent à M’Saragba, qui se trouve (c’est pratique) à la frontière du Congo. Le train met une semaine à arriver, ce qui est assez vraisemblable !
Par rapport aux deux précédentes aventures africaines de Spirou, celle-ci a un enjeu beaucoup plus réaliste. La vision de l’Afrique est elle aussi un peu plus réaliste. La première séquence en Afrique Noire est la recherche de Martin et l’arrestation de Toothbrush dans la brousse, qui tient plutôt du décor.
On est tout de même assez vite confronté à la tribu des Wakukus. En trois aventures africaines de Spirou et Fantasio, on a donc affaire à trois tribus de sauvages. Ceux-ci sont les plus hostiles des trois.
Avec la séquence suivante, on peut se poser la question de savoir si Franquin ne critique pas ironiquement l’attitude colonialiste. C’est en tout cas une attitude assez hautaine que d’agresser un sauvage de la sorte alors qu’il chasse pour se nourrir et non pour le plaisir.
Image
Franquin ©Dupuis

Comme Mustapha, le roi des Wakukus s’exprime dans un français impeccable, ce qui est presque bizarre.
Image
Franquin ©Dupuis

Au passage, c’est fou le nombre de blancs qui ont des bons amis au sein de l’élite d’une tribu africaine dans ces aventures.

La dernière partie de l’histoire est liée à la recherche d’un rhinocéros. On voit donc encore une fois l’importance de la faune dans les aventures africaines de Spirou et Fantasio. Cette présence sera encore plus importante dans le Gorille a bonne mine.

Dans la Corne de rhinocéros en tout cas, on voit une certaine avancée par rapport aux deux aventures précédentes. Même si on trouve encore des caricatures à tendance plus ou moins colonialiste et des éternels sauvages, le contexte africain est mieux exploité, et l’aventure plus haletante. Franquin donne l’impression d’avoir mené ses personnages en Afrique parce que l’histoire l’exigeait et non d’avoir inventé une histoire sous prétexte de la faire se dérouler en Afrique.
Membre de la team Fournier
Répondre

Retourner vers « Spirou en Afrique, le feuilleton de l'été 2014 »