4. Le Gorille a bonne mine

Modérateur : Modérateurs

Répondre
En ligne
Avatar du membre
Trichoco
Administrateur
Administrateur
Messages : 3686
Enregistré le : sam. 8 oct. 2005 19:02
Localisation : Reims

4. Le Gorille a bonne mine

Message par Trichoco »

Bienvenue dans Spirou en Afrique, épisode 4 !


Nous continuons notre exploration de l’Afrique avec le Gorille a bonne mine.

Image
Franquin ©Dupuis

Daté de 1956, il se déroule de nouveau, et avec certitude, au Congo Belge, comme on peut le voir sur la portière de la 2CV de Spirou et Fantasio.

Image

La vision de l’Afrique par Franquin continue de s’affiner, et on presque l’impression que le dessinateur s’est rendu sur place pour faire des repérages. Ainsi, ce n’est pas sous la chaleur mais sous une pluie tropicale intense que le premier contact se fait entre l’Afrique et le lecteur.

Image

De la même manière, la mine de Molomonga et ses baraquements semblent assez réalistes., tout comme ce pont de liane, à l’opposé du pont de troncs complètement farfelu de

Image l’Hérirtage.


Globalement, le Gorille a bonne mine est essentiellement une histoire de blancs. Les indigènes ont un rôle à jouer, mais plus en tant que groupes de population qu’en tant que personnages. Grosso modo, on a des indigènes qui travaillent au service de la mine (pas forcément comme mineurs, mais aussi comme porteurs, par exemple) dont certains sont mis à l'écart par Zwart, et bien sûr, une tribu de sauvages, comme on commence à en avoir l’habitude.

Image

Magnifiques, comme le dit Franquin lui-même dans le texte narratif, ils inspirent la crainte. Face à eux, les personnages n’en mènent pas large. On se détache un peu de l’image paternaliste véhiculée dans les histoires précédentes.
L’Afrique de le Gorille a bonne mine, c’est aussi, encore et toujours la faune. Un pan entier de l’histoire, vers la fin du récit, est consacré aux gorilles. Il y en a partout !

Image

Le Gorille a bonne mine donne une vision de l’Afrique moins naîve et moins enfantine que celle qui prévalait dans les albums précédents. Franquin donne plus de réalisme au contexte, et même s’il peut arriver aux personnages d’avoir des réactions plus ou moins paternalistes ici ou là, cela passe bien car c’est beaucoup moins caricatural que dans les trois histoires précédentes.
Membre de la team Fournier
Soutien d'Obélix et compagnie

Répondre

Retourner vers « Spirou en Afrique, le feuilleton de l'été 2014 »