Les "crossovers" et "caméos" :

C'est ici que l'on peut poster des documents ou sujets de discussion autour des moments clés du journal

Modérateur : Modérateurs

Répondre
heijingling
Spiroutiste Démoniaque
Spiroutiste Démoniaque
Messages : 339
Enregistré le : ven. 13 déc. 2019 13:46

Re: Les "crossovers" et "caméos" :

Message par heijingling »

Franco B Helge a écrit :Avez-vous fait appel à votre mémoire visuelle :spirou:, vous rappelant que ce Gag que vous aviez vu à cette époque ...?[/b] :smile:
Je me suis souvenu de ce gag, et ai recherché dans les magazines, en commençant vers le milieu des années 60 selon ce dont je me souvenait de la forme du gag.Heureusement j'ai vite trouvé, je n'aurais pas eu la patience de rechercher dans des centaines de magazines :ouah:
Franco B Helge a écrit :Ce qui est frappant, c'est que Gaston et l'homme fort se comportent comme s'il n'y avait pas d'histoire passée entre eux ... Il semble que c'étaient des gags complètement indépendants. :dors:
C'est juste, le 217 peut former une suite du 214, Gaston travaillant pour le forain, mais ils auraient aussi bien pu venir seulement de se rencontrer.
Franco B Helge a écrit :Et, concernant l'autre question, avez-vous une idée de la coïncidence dans les couleurs du maillot entre le dessin de Franquín et celui de Walthéry, coïncidant avec la profession des deux hommes forts ...? :geek:
Aucune, et comme on ne peut pas utiliser Google en Chine... :rogntudj:
" Monólogo significa el mono que habla solo." Ramón Gómez de la Serna dans ses Greguerías.
Avatar du membre
Franco B Helge
Spiroutiste Avancé
Spiroutiste Avancé
Messages : 842
Enregistré le : sam. 23 sept. 2017 02:01
Localisation : Florida, Argentina

Re: Les "crossovers" et "caméos" :

Message par Franco B Helge »

Oui, je considère que dans la mécanique des gags, peu importe qu'ils se soient rencontrés à travers un accident idiot entre un piéton et un cycliste, qui devient "le moyen peu pratique" dans laquelle se trouve finalement le vélo ( Gag215 ) :smile: . Il est clair que cela n'a pas d'importance, car même dans le Gag 217, les deux personnages ont conclu "un petit accord commercial", et la situation de trafic précédente a été enterrée.

Et, en guise de clôture de la co-participation des personnages ( Gag 876 ), Gaston se dirige vers lui, lui donne des pièces de monnaie et demande une petite commande, comme s'ils ne s'étaient pas reconnus. C'est probablement aussi, puisque beaucoup de temps s'est écoulé des années 60 aux années 80 ... :ouah: :ouah:
Mesdamas et les chevalieros: Pardonnez-muá mon francés !
Avatar du membre
Franco B Helge
Spiroutiste Avancé
Spiroutiste Avancé
Messages : 842
Enregistré le : sam. 23 sept. 2017 02:01
Localisation : Florida, Argentina

Re: Les "crossovers" et "caméos" :

Message par Franco B Helge »

Comme ce fut le cas dans ce même sujet avec la scène présentée le 29 juillet 2020 ...
( Ici, en petit format )
Image
Wofi ( copyright Blesteau ) - Benoît Brisefer ( copyright studio Peyo )

... dans laquelle un dessinateur de la maison Dupuis faisait référence à un autre dessinateur de la même maison d'édition -[ Albert Blesteau, à la précédente occasion, recréait dans une série propre - Wofi - à un personnage créé par un autre dessinateur ( c'était Benoît Brisefer, de Peyo ), mais le signant comme Peyo ]-, cette fois je vous présente une vignette de la série "Pauvre, pauvre, pauvre, (...) Lampil", de Raoul Cauvin et Willy Lambil, dans lequel il y a un portrait de Sammy, un autre personnage de la maison Dupuis - scénarisé par Cauvin lui-même -, dessiné par Berck ( Arthur Berckmans ), et où la même situation se produit ici.
Oui: Lambil dessine Sammy, mais signe comme s'il avait réalisé par Berck, pour être exposé chez Cauvin, où se déroule cet épisode ...

C'est ici :
Image
Image extraite des archives bd (AlexBraun et altri). Copyright Cauvin & Lambil - Dupuis

Ce qui m'amène à la réflexion suivante: se pourrait-il que le dessin original de Berck ait réellement existé dans la maison de Cauvin, et ce que Lambil a fait est de recréer l'existant ...? Ou s'agira-t-il d'un simple hommage entre collaborateurs d'un même scénariste ...?

Comment vérifier, non ...? :roll: :?:

En tout cas, c'est amusant de découvrir ce croisement respectueux de personnages, d'auteurs et de signatures d'autres auteurs ... :spirou:
Mesdamas et les chevalieros: Pardonnez-muá mon francés !
Répondre

Retourner vers « Les grands moments du beau journal de Spirou »