La rubrique à Lebrac n°3 : Le roi Oscar et autres racontars

Modérateur : Modérateurs

Répondre

"LE ROI OSCAR et autres racontars" est-il un incontournable 2011 ?

OUI
3
75%
NON
1
25%
 
Nombre total de votes : 4

Avatar du membre
Pigling-Bland
Administrateur
Administrateur
Messages : 6963
Enregistré le : ven. 22 sept. 2006 19:00
citation : Prof Pigling
Localisation : 29000 Quimper
A été remercié : 28 fois

La rubrique à Lebrac n°3 : Le roi Oscar et autres racontars

Message par Pigling-Bland » jeu. 1 sept. 2011 09:19

LA RUBRIQUE A LEBRAC Image
N°3- 1er septembre 2011


"le roi Oscar et autres racontars", de Gwen de Bonneval et Hervé Tanquerelle..., éditions Sarbacane


Après « la vierge froide et autres racontars" paru en 2009, Gwen de Bonneval au scénario, et Hervé Tanquerelle au dessin, poursuivent leur adaptation des nouvelles de l?écrivain et ethnologue danois Jørn RIEL.

Ces « racontars », rapportés par RIEL de son séjour de 16 années chez les trappeurs du Groenland mettent en scène des personnages simples dans des décors simples et immuables : la glace, la neige, les montagnes gelées et les renards (parfois un ours). Les hommes, qui passent tous l?hiver dans cette région aride et glacée pour chasser, vivent par équipes de deux dans des baraques en bois très espacées les unes des autres. Chacun a son domaine de chasse. Ils se fréquentent de temps en temps, d?un coup de traineau, et n'ont pas une vie remplie de grandes aventures : pas de crimes crapuleux, pas d'épopées, pas d'évènements politiques. Ne restent donc que des relations humaines et une propension certaine à noyer l?ennui dans l?alcool distillé sur place dans chaque baraque.

Cet album d?une centaine de pages contient 4 nouvelles de cet auteur :

- « De joyeuses funérailles » inaugure l?album. Elle met en scène le duo Jalle et Lodvig : Alors qu?il rapportait un bloc de glace à faire fondre pour la cuisine dans leur baraquement, Jalle meurt tout net. Lodvig qui est un solitaire se satisferait bien de retourner à la solitude mais c?était au tour mensuel de Jalle de s?occuper des repas, et vraiment ce n?est pas sympa de raidir juste à ce moment là.
Passé quelques moments à râler après le défunt, Lodvig décide de laisser le cadavre dehors pour qu?il gèle et ainsi ne pourrisse pas puis, parce que c?est quand même un pote, il décide de faire la tournée des popotes et hop, les voila parti en traineau de baraque en baraque, Lodvig et son cadavre gelé installé comme un pacha sur le traineau, pour annoncer la nouvelle aux autres chasseurs et organiser avec eux des funérailles dignes de ce nom. Au fil de ce long périple, Lodvig a reçu des promesses de participation à la fête, qui de bouteilles de gnôle, qui de tonneaux de bière, qui du bois pour faire le cercueil?
Bref le jour des funérailles arrive et s?ensuit un banquet sans pareil. Le mort est invité à table, mais il faut le ressortir régulièrement car il fond avec la chaleur intérieure. Alors on le remet un peu à congeler dehors puis on le rentre à nouveau?
Tant et si bien qu?à force de rouler sous la table et de déménager le mort, c?est un des convives, ivre, qui se retrouve dans le cercueil à la place du mort. Le lendemain matin, le cercueil est jeté à la mer selon la tradition locale, et je ne raconterai pas la fin?


Image

- « Une condition absolue », deuxième nouvelle, met en scène Siverts, chasseur simple et bourru comme la plupart, et Lause, un intellectuel raffiné venu tenter son expérience polaire. Le second n?est pas un empoté pédant, mais il a ses valeurs et prétend installer la civilisation dans l?univers que devront se partager ces 2 hommes pendant tout l?hiver et sa longue nuit polaire. Il y a des livres, mais surtout, l?élément clé de l?histoire : pas question de faire ses besoins dans la nature en s?éloignant de quelques centaines de mètres en traineau selon l?usage, il fallait qu?existât une cabane pour les commodités. Ces toilettes vont être l?objet de tractations, puis de curiosités : d?autres chasseurs ayant entendu parler de cette installation inhabituelle vont tous trouver prétexte à passer par le baraquement de Lause et Siverts afin de voir ces fameuses toilettes, et arguer d?un mal de ventre terrible pour pouvoir utiliser le lieu d?aisance. Mais Lause comprend bien le manège et ne l?entend pas de cette oreille. Personne ne sera autorisé à utiliser « ses » toilettes. Même pour Siverts, cela s?obtient avec des marchandages les plus divers au point que les 2 hommes en finissent par se brouiller à cause de cela.
Siverts va alors construire lui aussi sa cabane de toilettes parce qu?il ne peut désormais plus se faire à l?idée de procéder comme il avait toujours fait les hivers précédents. Tout ça va de mal en pis, c?est la guerre retranchée dans les toilettes jusqu?au jour où une tempête va mettre tout le monde d?accord en faisant s?envoler les deux lieux d?aisance?.

- « Le Roi Oscar ». Oscar est un cochon acheté tout jeune avant l?hiver par Vieux Niels et Halvor en vue de l?engraisser pour le manger à Noël. Hélas le cochon prend de plus en plus de place dans l?univers des deux hommes. Pas seulement parce qu?il grossit, mais parce que Vieux Niels s?attache bougrement à l?animal au point même d?en préférer sa compagnie à celle d?Halvor.
Dans cet hiver qui arrive désormais, le fait d?être en équipe de deux hommes permet de tromper l?ennui, mais si l?un d?eux délaisse son compagnon au profit d?un animal, rien ne va plus. S?ensuivent des querelles et ranc?urs jusqu?à l?approche de Noël ou Halvor se réjouit d?un prompt retour à la normale car bien sur on va tuer le cochon comme prévu? pas vrai vieux Niels ? Mais Niels ne veut plus tuer le cochon? je vous laisse découvrir la fin.

- « Le bruant des neiges ». Le tout jeune bachelier danois Anton, rencontre pour la première fois les héros polaires auxquels il rêve depuis longtemps. C?est une quête personnelle remplie évidemment de désillusions : sers héros rêvés ne sont que des poivrots sales et sans envergure, la longue nuit arctique est semée d?embûches, surtout pour le moral. La quête se poursuit avec beaucoup de difficultés. Cette nouvelle dont je tairais la fin se termine de façon très poétique et clos l?album en beauté. La magie a une fois de plus opéré.
« Le bruant des neiges avait fait des centaines, peut-être des milliers de kilomètres pour pouvoir poser ses empreintes exactement ici, dans la neige. Devant les pieds d?Anton. »

Image

Au final, ce livre, comme le précédent tome, arrive, de part son unité de temps et de lieu, à proposer une succession de huis presque clos remplis de condition humaine avec tout ce que cela recouvre : solitude, pessimisme, fatigue mais aussi de l?amitié, des moments de fête, de l?humour. Au final cela donne un livre d?une grande poésie.
Si vous n?avez pas acheté ce livre, achetez-le. Je suis persuadé qu?ensuite vous voterez pour lui.

Image

Chers spiroutistes, j'attend dès à présent vos commentaires. Et vos votes.

signé : Lebrac, en direct de la Rédaction


Désolé madame, je ne peins plus que les natures mortes ! Qu'on vous assassine, et c'est chose faite !

Avatar du membre
Prunelle
Spiroutiste Accompli
Spiroutiste Accompli
Messages : 613
Enregistré le : ven. 27 avr. 2007 23:53

Re: La rubrique à Lebrac n°3 : Le roi Oscar et autres racont

Message par Prunelle » jeu. 1 sept. 2011 12:12

Très bon choix. Les deux albums de cette série sont effectivement marqués par un ton poétique. La description de la vie de ces hommes dans un désert blanc ne manque pas non plus d'humour.

Répondre

Retourner vers « La rubrique à Lebrac »