SPIROU A TOKYO

Modérateur : Modérateurs

Notez cet album de 0 à 5

0 = et si on parlait d'autre chose ?
4
14%
1 = pas terrible
9
31%
2 = bof sans plus
10
34%
3 = un album qui se lit agréablement
2
7%
4 = très bon album
2
7%
5 = superbe album je lis et relis. Un des incontournables de la série.
2
7%
 
Nombre total de votes : 29

Avatar du membre
Franco B Helge
Spiroutiste Professionel
Spiroutiste Professionel
Messages : 1265
Enregistré le : sam. 23 sept. 2017 02:01
Localisation : Florida, Argentina
Contact :

Re: SPIROU A TOKYO

Message par Franco B Helge »

heijingling a écrit : jeu. 27 oct. 2022 12:06
Trichoco a écrit :Elle se demande vraiment pourquoi l'album est si détesté et c'est vrai que j'ai du mal à lui expliquer clairement. Sa théorie : "c'est sûrement parce qu'il y a une petite fille avec des super-pouvoirs, ça ne fait pas très Spirou".
Pour moi, pratiquement tout peut "faire Spirou", si c'est bien fait. [ ... ]
Je suis d'accord avec toi que si elle est bien faite, toute histoire vaut la peine d'être vécue par un personnage ... A la seule condition - comme tu le soulignes à juste titre - qu'elle soit bien faite. Et il faut que ce soit très bien fait pour justifier qu'"ils peuvent tout faire" !
Parce que, parfois, j'ai l'impression que si le personnage est censé pouvoir "tout faire", cela ne s'avère pas toujours vertueux pour le profil du personnage. Les exemples ne manquent pas, mais parmi les plus connus, je peux apporter l'expérience d'un combat entre extraterrestres dans un village gaulois du 1er siècle avant JC ; ou cette autre aventure dans laquelle un journaliste à la houpette qui n'a que rarement livré un mot à la presse - ou pratiquement aucun -, se retrouve soudain à commander une mission sur la Lune ..., par Toutatis :o !

Le fait que ces personnages puissent se glisser dans n'importe quelle histoire, plutôt que la virtuosité, peut parfois être considéré comme une faiblesse dans le profil du personnage. Je veux dire que, pour cela, il serait encore plus pratique - et même plus logique - d'inventer un nouveau personnage que de plonger le personnage préexistant dans des aventures incongrues.

Un cas à part, disons, peut être L'horloger de la comète, où l'aventure dans le passé de Palombie et les vicissitudes de l'espace-temps sont justifiées. Le fait que Spirou et Fantasio soient là s'intègre bien, et tout se passe de manière sympa ... ( et non par le Snouffelaire :mrgreen: )
Mesdamas et les chevalieros: Pardonnez-muá mon francés !
En ligne
Avatar du membre
Trichoco
Administrateur
Administrateur
Messages : 4472
Enregistré le : sam. 8 oct. 2005 19:02
Localisation : Reims
Contact :

Re: SPIROU A TOKYO

Message par Trichoco »

Franco B Helge a écrit : jeu. 27 oct. 2022 16:27
Je suis d'accord avec toi que si elle est bien faite, toute histoire vaut la peine d'être vécue par un personnage ... A la seule condition - comme tu le soulignes à juste titre - qu'elle soit bien faite. Et il faut que ce soit très bien fait pour justifier qu'"ils peuvent tout faire" !
Parce que, parfois, j'ai l'impression que si le personnage est censé pouvoir "tout faire", cela ne s'avère pas toujours vertueux pour le profil du personnage. Les exemples ne manquent pas, mais parmi les plus connus, je peux apporter l'expérience d'un combat entre extraterrestres dans un village gaulois du 1er siècle avant JC ; ou cette autre aventure dans laquelle un journaliste à la houpette qui n'a que rarement livré un mot à la presse - ou pratiquement aucun -, se retrouve soudain à commander une mission sur la Lune ..., par Toutatis :o !.

D'accord, mais dans Spirou à Tokyo, il n'y a rien qui cloche à ce point-là. Les mechas qu'il y a à la fin, ça fait partie de la pop-culture japonaise, comme l'Ankou fait partie de la culture bretonne, les diamants de Koli de la culture du Niokolo-Koba... C'est moins hors de propos que les extraterrestres du village gaulois, c'est à peine comparable.
heijingling a écrit : jeu. 27 oct. 2022 12:06
Dans Spirou à Tokyo, la petite fille avec les super pouvoirs est justement un des seuls trucs que j'aime bien dans cet album, mais j'aime bien le personnage, pas la façon dont il est traité. Et la raison pour laquelle je n'aime aucun des Spirou de Morvan peut tenir en un mot, ils sont bourrins.
Ca se tient!

Cela dit, je voudrais quand même dire que chez Morvan, il y a une ambition. Une sorte de projet général, une vision, un authentique projet de cohérence. C'est quelque chose qu'il n'y avait pas chez Cauvin et rien que pour ça, un Spirou à Tokyo devrait être mieux classé que La ceinture du grand froid, voire que des albums mineurs comme Aventure en Australie.
heijingling
Spiroutiste Avancé
Spiroutiste Avancé
Messages : 835
Enregistré le : ven. 13 déc. 2019 13:46

Re: SPIROU A TOKYO

Message par heijingling »

Trichoco a écrit : je voudrais quand même dire que chez Morvan, il y a une ambition. Une sorte de projet général, une vision, un authentique projet de cohérence. C'est quelque chose qu'il n'y avait pas chez Cauvin et rien que pour ça, un Spirou à Tokyo devrait être mieux classé que La ceinture du grand froid, voire que des albums mineurs comme Aventure en Australie.
Ce ne sont pas non plus les mechas qui me gènent, il y a depuis toujours eu du fantastique ou de la SF dans Spirou.
À la décharge de Cauvin, les décideurs lui avaient demandé de faire des histoires assez simples, pour un public très jeune, et avec peu des personnages secondaires crées par les précédents auteurs. Difficile de construire quelque chose, avec de telles bases pourries.
Quant à la vision de Morvan, j'ignore ce qu'elle a pu être, mais vu que cela a abouti aux Sources du Z, je m'en serais bien passé :menfin:
En fait, cette vision est même, je pense, une des causes de l'échec de Morvan sur Spirou, on sent trop qu'il a voulu couler Spirou dans son moule préconçu, là où les autres auteurs n'avaient au contraire pas vraiment de projet, et ont construit leur propre vision du personnage au fur et à mesure qu'ils réalisaient ses aventures. C'est aussi cela que je qualifie de bourrin, il est arrivé avec ses gros sabots.
Et Aventure en Australie, vu son potentiel (pays inexploré, magie et croyances locales, Seccotine) aurait pu et du être bien meilleur, mais en l'état, je le trouve sympathique et amusant (ce que n'est pas Spirou à Tokyo).
" Monólogo significa el mono que habla solo." Ramón Gómez de la Serna dans ses Greguerías.
Répondre

Retourner vers « Evaluez les albums de Spirou et Fantasio »